La Multiplication Des Arnaques Au Emprunt

La Multiplication Des Arnaques Au Emprunt

Depuis l'arrivée du prêt entre particuliers dans l'hexagone, un vicieux mode d'arnaque s'est propagé sur internet par le biais des espaces 2.0 et dans les e-mails : de prétendus financements en ligne octroyés sous 24H, sans apport, avec 0 garanties et par des personnes se présentant comme des particuliers cherchant à investir leur argent. Il s'agit là d'une tentative d'escroquerie, mais la masse de fausses annonces sur pages donne une idée de la gravité du phénomène. Ainsi, un grand nombre de particuliers se sont fait avoir du fait de cette arnaque.

Un mode opératoire bien ficelé

Laisser croire à une promesse de crédit rapide

L'arnaque au crédit ŕ la conso rapide au crédit rapide est présentée sous l'aspect d'un synopsis plus ou moins crédible. Du point de vue de l'escroc, cette phase est importante car il sait que la réussite de son coup est en grande partie conditionnée par la crédibilité de son histoire. S'il veut appâter le plus grand nombre de personnes possibles, il écrit et publie une fausse annonce sur des plateformes avec beaucoup de fréquentation comme Twitter ou Facebook. Beaucoup de posts très populaires ne contrôlent pas les espaces de commentaires accessibles par tout le monde, ce qui devient alors un terrain préféré des arnaqueurs.

D'abord, l'arnaqueur se présente comme une personne qui dispose d'un magot qu'elle voudrait faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très concurrentiel. Par moments, il fait croire qu'il est un rentier à la retraite qui désire sortir du système bancaire traditionnel et donner ainsi l'image d'un homme noble et aspirant à tirer tout le monde vers le haut. Ce stratagème poursuit un but précis : jouer sur le désarroi financier des personnes fragiles en expliquant qu'un prêt est envisageable, même avec peu de ressources. Il prétend pouvoir leur accorder un emprunt, même s'ils ont déjà des prêts à rembourser. Une fois la demande validée, le faux prêteur promet d'envoyer l'argent sous24h avec des durées de remboursement pouvant monter jusqu'à une dizaine d'années.
S'il est incontestable pour la plupart d'entre nous que des offres de ce type sont inconcevables, il est à noter cependant que des personnes faisant face à des difficultés financières peuvent se laisser berner du fait de cette promesse de financement rapide qui les attire.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur les réseaux sociaux, n'importe qui peut usurper une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est de cette façon qu'agissent les arnaqueurs au crédit en créant intégralement un faux personnage qui viendra appuyer leur histoire. En premier lieu, ils donnent une identité française à ce faux profil. Donc pas de noms étrangers qui pourraient faire fuir certains. La cible doit avoir l'impression que l'investisseur est établi sur le même territoire qu'elle. Dans un script bien structuré, notre escroc peut se faire passer pour une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Les plus fourbes vont jusqu'à demander les justificatifs de paie à la victime, d'autres préféreront lui demander de donner des réponses à des questions sur son travail. Pour accroître un peu sa crédibilité, le faux prêteur prendra le soin de créer plusieurs profils avec lesquels il postera de faux témoignages dont le but sera de faire l'éloge de l'annonce.

Approuver chacune des demandes

Quand la personne ciblée est convaincue du sérieux de la démarche, notre escroc peut maintenant passer à l'action. Il explique qu'il accepte sa demande de d'emprunt, mais requiert en retour le paiement de frais de dossier par mandat pour valider définitivement la procédure. Ces frais divers peuvent représenter plusieurs centaines d'euros et viennent compenser le temps passé par l'investisseur à traiter la demande. Ces frais divers sont, selon-lui, obligatoires pour débloquer l'argent. Si la victime paye, notre escroc lui exigera ensuite de régler une cotisation obligatoire d'assurance de crédit. Bien sûr, le demandeur ne recevra pas son crédit et notre escroc récupérera l'argent avant de disparaître complètement de la circulation.


De quelle façon lutter contre ces pratiques ?

Tout le monde en France n'a pas l'habilitation pour accorder un prêt et le crédit entre particuliers reste un secteur réglementé. Si un particulier ou une organisation fait de la vente de services financiers en ligne, le site doit obligatoirement afficher ses mentions légales et ses conditions générales. Pour être habilité en tant que de société de crédit, un organisme se doit d'être en possession d'un agrément de l'ACPR ainsi que d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. Chaque site de crédit entre particuliers doit impérativement être en possession de ces agréments, dans le cas contraire, il s'agit clairement d'une escroquerie.

De plus, il faut garder à l'esprit que les délais d'obtention d'un crédit ne sont pas aussi rapides et qu'il faut compter à peu près une quinzaine de jours avant de recevoir les fonds sur son compte. Et même si une personne avait de l'argent à placer de cette manière, il ferait une profonde et sérieuse analyse de tous les dossiers avant de fixer son choix sur les plus solides.
En tout état de cause, un établissement financier n'accorderait jamais un quelconque prêt (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur qui est fiché à la Banque de France concernant des impayés.